Dans quelle mesure les plantes devraient-elles diminuer le risque de cancer de la prostate?

Des rapports, dont un publié dans le Asian Pacific Journal of Cancer Prevention et un autre sur la prévention du cancer, soulignent un risque accru de cancer de la prostate associé à la consommation de viande en général, de viande rouge et de viande transformée, ou risque de récidive chez les hommes déjà diagnostiqués avec la maladie.

La consommation de viande peut contribuer au risque de cancer et à sa progression de plusieurs façons, y compris l’introduction d’hormones excessives pouvant déclencher un déséquilibre et la présence de facteur de croissance insulinoïde-1 (IGF-1) pouvant provoquer la propagation des cellules cancéreuses.

Plusieurs études indiquent qu’un régime à base de plantes peut réduire le risque d’IGF-1 et de cancer de la prostate. Mais, sur la base des résultats, à quel point «végétal» devriez-vous aller — végétalien ou végétarien — pour réduire votre risque le plus?

Diète à base de plantes et risque de cancer de la prostate

La raison du faible risque de cancer de la prostate est associée à un taux plus faible d’IGF-1 (facteur de croissance analogue à l’insuline-1). L’IGF-1, également connu sous le nom de somatomédine C, est une protéine dont la structure est similaire à celle de l’insuline. Son rôle dans le corps est d’aider à la croissance pendant l’enfance et a ensuite des effets anabolisants à l’âge adulte, y compris en travaillant en synchronisation avec l’hormone de croissance humaine.

Dans une étude menée par Dean Ornish, MD, pionnier de la recherche sur les régimes végétariens et végétaliens, 93 hommes atteints d’un cancer de la prostate précoce et biopsique ont été assignés au hasard à un programme complet (régime alimentaire, exercice et méditation) ou un régime conventionnel et des soins habituels. Aucun des hommes du groupe à base de plantes n’a suivi un traitement conventionnel associé à une augmentation de l’antigène prostatique spécifique (APS) et / ou à la progression de la maladie, mais six hommes dans le groupe de soins habituels l’ont fait. Les niveaux de PSA ont augmenté de 6% dans le groupe témoin, mais ont diminué de 4% dans le groupe de régime végétal. En outre, la croissance des cellules du cancer de la prostate a été inhibée de près de huit fois dans le groupe des soins complets comparativement aux témoins.

Dans d’autres recherches, les experts ont constaté que les hommes (et les femmes) qui ont consommé un régime végétalien ont des niveaux d’IGF-1 significativement plus bas, ce qui se traduit par un moindre risque d’alimenter le cancer de la prostate hormono-dépendant.

Il a également été montré que les personnes qui suivent un régime à base de plantes depuis 14 ans ont la moitié des niveaux d’IGF-1 et plus du double de la quantité de protéine liant l’IGF que ceux qui mangent un régime américain standard. Ces deux facteurs sont importants pour réduire le risque de cancer de la prostate. (En passant, une étude chez les femmes a également révélé des niveaux plus faibles d’IGF-1 chez les personnes qui suivent un régime végétalien, ce qui se traduit par un risque moindre d’un autre cancer associé aux hormones, le cancer du sein.)

Régime à base de plantes: végétalien vs végétarien

Est-il nécessaire de manger un régime végétalien par rapport à un régime végétarien quand il s’agit de risque de cancer de la prostate (ainsi que le risque de cancer du sein)?

Certains résultats de recherche indiquent que cela fait une différence. Dans une étude britannique, les auteurs ont comparé les niveaux d’IGF-1 chez 233 végétaliens, 237 végétariens (ovo-lacto, ce qui signifie qu’ils ont consommé des œufs et des produits laitiers) et 226 hommes mangeurs de viande et ont noté un IGF-1 inférieur de 9% chez les végétaliens . Cela a été associé à la capacité des végétaliens à lier significativement plus d’IGF-1 en excès dans leur circulation sanguine. Les hommes végétaliens avaient également des niveaux de testostérone plus élevés que les deux autres groupes, mais cela a été compensé par des niveaux plus élevés de globuline liant les hormones sexuelles (SHBG), qui se lie avec et transporte la testostérone dans tout le corps.

Par conséquent, les résultats de l’étude suggèrent que les hommes (et les femmes) peuvent bénéficier de manger un régime à base de plantes en ce sens qu’il réduit les niveaux de l’IGF-1 promoteur du cancer. Pour une baisse significative, cependant, les hommes et les femmes doivent s’en tenir à un régime alimentaire végétalien.

Sources:

  • Allen NE et al. «Hormones et régime: faible facteur de croissance semblable à l’insuline-1 mais androgènes biodisponibles normaux chez les hommes végétaliens.» — British Journal of Cancer 2000 juill. 83 (1): 95-97
  • Allen NE et al. «Les associations de l’alimentation avec le facteur de croissance analogue à l’insuline sérique 1 et ses principales protéines de liaison chez 292 femmes mangeurs de viande, végétariens et végétaliens.» — Cancer Epidemiology, Biomarkers, and Prevention 2002 Nov; 11 (11): 1441-48
  • Gregor M. «Comment l’IGF-1 est-il basé sur les plantes?» — Valeur nutritive 2012 28 septembre
  • Ngo TH et al. «Effet du régime alimentaire et de l’exercice sur les taux sériques d’insuline, d’IGF-1 et d’IGFBP-1 et la croissance de cellules LNCaP in vitro (États-Unis).» — Cancer Causes Control 2002 Dec; 13 (10); 929-35
  • Ornish D et al. «Les changements de style de vie intensifs peuvent affecter la progression du cancer de la prostate.» — Journal of Urology 2005 Sep; 174 (3): 1065-69

» Avantages » Dans quelle mesure les plantes devraient-elles diminuer le risque de cancer de la prostate?